Translate

samedi 26 décembre 2020

Combien de temps Joe Biden tiendra-t-il comme président des États-Unis?


Après John F. Kennedy qui fut le premier présid
ent catholique des États-Unis de 1960 à 1963, Joe Biden sera le 20 janvier 2021 le deuxième président catholique des États-Unis. Et ce, malgré l'élection prévue de deux sénateurs républicains le 5 janvier en Géorgie ce qui permettra au Parti républicain de contrôler l’ordre du jour de l’administration Biden. Et pour cause. La question qui tue: est-ce que Joe Biden va connaître le sort tragique de John F. Kennedy assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas? C'est un scénario plausible bien que peu probable même si des inégalités économiques et raciales sont considérés comme la source de la violence dans les États clés des élections présidentielles du 3 novembre. C'est pourquoi le grand jeu de la politique jusqu'aux élections présidentielles de 2024 sera de défendre le credo américain considéré comme l'élément déterminant de l'identité américaine qui attire toujours des millions d'immigrants aux États-Uni. Les valeurs de ce credo sont la langue anglaise, le christianisme, l'engagement religieux, l'État de droit, l'individualisme, la morale du travail, et la croyance que les hommes ont la faculté et le devoir de créer un paradis sur terre, une cité sur la colline. 

Quoi qu’il en soit, la vague démocrate du 3 novembre n'a pas renvoyé le populiste de Donald Trump au rang des accidents de l'histoire. Cette posture politique concerne la démocratie et le libre-marché des idées tout en favorisant l'enfermement identitaire et l'intégration sociale à partir d'un imaginaire aidée par les résultats mesurables des logiciels d'analyse des réseaux sociaux considérés comme plus fiables que les sondages qui fabrique l'opinion publique. C'est ainsi que les lus grandes informations sur la planète arrivent sur le compte Twitter de Donald Trump et de ses 77,5 millions de suiveurs avant même d'arriver sur les fils de presse. Selon Douglas North, prix Nobel d'économie 1993, Twitter internalise les institutions dans l'intentionnalité des individus et guide le comportement des agents économiques en leur permettant d'anticiper les effets sociaux de leurs actions. Ou mieux encore, sur le plan de la communication, les logiciels d'analyse des réseaux sociaux comme Twitter supplantent la psychologie sociale et le behaviorisme dans la propagande des différents types de post-vérité comme objet social aussi réel que la récession ou la plus-value dont l'enjeu concerne l'esprit des gens.


C
e constat va de pair avec l'idéal-type de Max Weber selon lequel l'éthique de la conviction et l'éthique de la responsabilité dans le grand jeu de la politique aux États-Unis ne sont pas contradictoires mais se complètes l'une l'autre lorsqu'elles opèrent dans un monde ouvert à de nouveaux supports, de nouvelles temporalités, de nouvelles métriques. Désormais l’autoritarisme aux États-Unis ne se résume pas au populiste de Donald Trump mais aussi à une grosse minorité nationaliste blanche, machiste et anti-système de l'Amérique profonde. Avec comme conséquence que le modèle de l’homo economicus et le langage numérique de la classe politique s'est transformés en remèdes, pires que le mal. Cette manière de voir constitue une utopie ou la dimension idéologique des images, du langage et des pratiques se combinent pour produire des imaginaires géopolitiques des us et coutumes hérités des inégalités économiques et raciales de la guerre civile survenue entre 1861-1865. C'est pourquoi la méthode géopolitique locale y sera centrale lors des élections présidentielles de 2024 afin de saisir le problème de la politique démocratique, celui de l'affrontement entre riche et pauvre